INTEGRER LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL DANS VOTRE REFERENTIEL
La société évolue, la place du déchet change, de rebus dont il faut se débarrasser, il devient un enjeu, il est la source d’innovation, de développement et d’enjeux économiques. La sensibilisation de chacun sur le sujet est plus grande et par conséquent les représentations de nos sociétés évoluent.

C’est au travers de l’action des collectivités territoriales, des éco-organismes et des groupes de pression environnementaux que nos idées ont évolué, la prise de conscience de l’impérieuse nécessité de protéger la planète a été le déclencheur.

La production de déchets est difficile à quantifier mais on peut prendre pour repère les indicateurs suivants :

  • Production mondiale déchets : de 3.400 à 4000 milliards de kilos par an,
  • soit de 80 à 126 tonnes de kilos de déchets générés chaque seconde !

Raréfaction des ressources, demande croissante en matières premières secondaires, augmentation de la production de déchets… sont autant d’enjeux auxquels les habitants de notre planète doivent faire face. D’ici 2020, l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) prévoit une production de déchets supérieure de 45 % à celle de 1995. Il devient indispensable de limiter l’impact des déchets sur l’environnement, mais aussi de les valoriser pour créer de nouvelles ressources et de l’énergie.

Pollution de la planète, manifestations climatiques violentes, raréfaction des ressources naturelles, fonte des glaces aux pôles, développement frénétique des pays en voie de développement … sont des faits relatés par les médias et les politiques de manière régulière. L’évolution du cadre réglementaire à l’échelle européenne, le Grenelle de l’environnement ont fait par ailleurs évoluer la manière dont nos sociétés prennent en charge la forme de pollution la plus commune : le déchet. C’est ainsi que les éco-organismes sont nés pour faire émarger le concept du pollueur payer et valoriser nos déchets avec le financement de ceux qui les mettent sur le marché. L’éco organisme le plus connu est Eco-emballages qui accompagne le recyclage des emballages ménagers et la réduction de la production d’emballages. En 20 ans, leurs actions ont transformé la conscience de nos concitoyens, le tri est devenu un élément du référentiel commun.

Insidens,Eco-Emballages,déchets,Mayotte

Vers une mutation profonde des représentations et du fonctionnement de la société. L’homme, acteur du changement des représentations

Les sociétés évoluent, les pratiques des entreprises aussi. Insidens vous propose d’accélérer le changement en repensant la manière dont votre entreprise pilote ses déchets. A mi chemin entre optimisation, réduction de la facture et valorisation, notre démarche de management environnemental pose les bases d’une nouvelle approche pour l’entreprise vecteur de motivation pour les salariés pas sa dimension écologique et source de critères de différentiation commerciale et marketing par rapport à la concurrence.

S’engager sur la voie du management environnemental pour faire face à ses responsabilités

Le développement durable prend une place de plus en plus importante dans notre société, les consommateurs ont modifié leurs habitudes de consommation, ils achètent différemment et sont prêts à bouder les produits qui ne répondent plus à certains standards de production. L’entreprise s’est donc adaptée et développe des démarches de management environnemental.

Cette forme de management prend deux formes : une approche industrielle autour de la mise en place de normes et de certification (ISO 14001 ou EMAS). Elle constitue un outil de gestion interne à l’entreprise, fondé sur le principe de l’amélioration continue. La seconde approche est plus profonde puisqu’elle s’articule autour du produit et vise à le concevoir et à l’améliorer afin de réduire l’ensemble des impacts sur l’environnement, à toutes les étapes de leur cycle de vie (c’est-à-dire depuis la production des matériaux qui les constituent jusqu’à leur mise au rebut).

Les avantages pour les entreprises qui choisissent de s’inscrire dans cette démarche sont nombreux

Répondre aux nouvelles attentes des consommateurs
L’environnement est un argument de plus en plus important pour les consommateurs. Les consommateurs prennent en compte l’argument écologique dans leurs achats. Ils peuvent manifester leur soutien ou leur opposition aux pratiques des entreprises en achetant des produits ou en en boycottant d’autres. La « consommation engagée » traduit ainsi la volonté des citoyens d’exprimer directement à travers leurs choix marchands leurs attentes. Une récente enquête du Credoc montre que 44% des français disent tenir compte des engagements de citoyenneté des entreprises lorsqu’ils achètent un produit. C’est ainsi, par exemple, que les deux tiers des Français achètent leurs appareils ménagers en se référant à l’étiquette énergie, qui indique le degré de sobriété des produits.

Il existe donc un lien positif entre la connaissance de l’environnement, la sensibilité écologique et le comportement écologique du consommateur.

Les entreprises doivent donc faire face à la demande croissante d’informations environnementales sur les produits des consommateurs. Suite au Grenelle de l’Environnement, la France fait évoluer les règles du jeu et tend à imposer la généralisation de l’affichage environnemental des produits de grande consommation dès 201 2 ; c’est ainsi que fleurit sur les étiquettes cet affichage précisant par exemple l’empreinte carbone guidant les arbitrages des consommateurs quant au choix de tel ou tel produit

Source : Plactic-le mag

Réduire la facture annuelle
Au-delà de la réduction de la facture d’élimination des déchets payée chaque année par l’entreprise qui est un objectif important, l’optimisation des processus et du temps de travail consacré à ces tâches est un levier d’amélioration de la productivité interne à l’entreprise

Répondre aux contraintes réglementaires et aux exigences des donneurs d’ordre
Le Parlement européen, le Conseil et la Commission ont mis en place un arsenal législatif s’articulant autour de plus de 60 textes (règlements, directives et décisions) qui visent à prévenir les risques sanitaires et environnementaux. Les Etats membres sont tenus de faire respecter les dispositions de la directive cadre déchets (Dir. CE no 2006/12, 5 avr. 2006, modifiée par Dir. CE no 2008/98, 11 nov. 2008), de la directive concernant la mise en décharge des déchets (Dir. CE no 1999/31, 26 avr.1999), ou encore du règlement sur les transferts de déchets (Règl. CE no 1013/2006, 14 juin 2006). Parmi ces dispositions, toutes traduites dans le Code de l’environnement, figure notamment la responsabilité du producteur/détenteur de déchets jusqu’à leur élimination. Le processus d’élimination comporte les « opérations de collecte, transport, stockage, tri et traitement nécessaires à la récupération des éléments et matériaux réutilisables ou de l’énergie, ainsi qu’au dépôt ou au rejet dans le milieu naturel de tous autres produits dans des conditions propres à éviter les nuisances » (Art. L.541-2 du Code de l’environnement).

De plus en plus souvent, les clients des entreprises exigent d’elles des engagements, des processus et le respect des normes citées ci-dessus pour prouver qu’elles intègrent la dimension environnementale dans leur pratique.

Enfin, c’est quelquefois un facteur déterminant pour remporter un marché, notamment dans la commande publique.

Mobiliser son personnel autour d’un sujet fédérateur
Dans une récente étude de Zaiem Imed (« Le comportement écologique du consommateur » Modélisation des relations et déterminants, La Revue des Sciences de Gestion, 2005/4 n°214-215, p. 75-88) 76% des personnes se disent concernées par les problèmes d’environnement, dans 52% des cas c’est par l’action individuelle qu’elles pensent pouvoir faire évoluer les choses (combattre la pollution, éviter les gaspillages, préserver les ressources…).

A partir de ces deux chiffres, l’entreprise par la mise en place d’une démarche de management environnemental visant à optimiser la gestion des déchets en son sein créée un projet porteur de sens pour les collaborateurs. Ce projet est donc source de motivation et de meilleure implication des salariés qui combinent ainsi geste professionnel (réalisation d’une mission) et geste personnel (appétence écologique).

Favoriser son intégration dans la vie locale
La valorisation des déchets via les filières du territoire sont une source de développement d’emploi local. Les gains pour l’image de l’entreprise sont donc élevés.

Réfléchir à sa compétitivité
La gestion optimisée des déchets et la réflexion sur la valorisation de ceux-ci ouvrent inévitablement le chemin de l’optimisation énergétique illustrée par le schéma ci-dessous :


Par conséquent, le management environnemental permet à l’entreprise d’innover et d’améliorer ses produits en satisfaisant ou en anticipant les attentes du marché.

Mieux organiser la gestion des déchets dans l’entreprise répond à une méthodologie structurée et pragmatique

Insidens accompagne ses clients sur le chemin de l’amélioration de la gestion des déchets autour d’une démarche qui a fait ses preuves.


Notre démarche repose sur les fondements de l’économie circulaire qui vise à éliminer progressivement la production des déchets dans nos sociétés de consommation. Cette démarche pose les bases d’une nouvelle manière de penser le produit et sa production, elle s’appuie sur l’évolution des représentations des consommateurs sur le modèle de consommation et est articulée autour de la prise de conscience globale du possible épuisement de nos ressources naturelles et de la nécessité de protéger la planète.

Sans dogmatisme, notre modèle s’illustre dans le schéma suivant autour d’une démarche simple dont la valeur ajoutée pour l’entreprise est immédiate.

En conclusion, les équipes d’Insidens vous amène méthode et expérience pour vous accompagner à faire évoluer et à optimiser vos modes de production.

Contactez-nous pour faire le point sur vos besoins