La définition du changement du Larousse nous explique que le changement représente l’action de changer pour passer d’un état à un autre.

Qui a déjà participé ou animé une démarche de changement dans l’entreprise sait combien il est difficile et compliqué de faire réussir à faire accepter de changer ses habitudes professionnelles quand bien même l’ensemble du personnel est convaincu de la nécessité du nouveau dispositif.

Approfondissons un peu ce qu’implique une démarche de changement autour de deux exemples.

  • Prenons comme premier exemple le passage à l’euro. Chacun d’entre nous a vécu / subit cette transformation. Le concept de monnaie unique est en 1992 par le traité de Maastricht. C’est en 1995 que, le nom d’Euro est adopté, la date de passage à la monnaie unique est fixée au 1er janvier 1999, le scenario de passage adopté et la date de finalisation du processus arrêtée au 1er janvier 2002. C’est ainsi qu’à partir de 1995 jusqu’en 1999, le français et les autres européens ont été sensibilisés à ce changement par des campagnes d’information et de sensibilisation afin que la transition vers la monnaie unique se « passe bien ». Voilà bientôt 14 ans que nous réglons nos échanges en euros, pouvons-nous dire que le changement est terminé ? Non. Si nous retenons que changer implique de passer d’un état à un autre alors la fin d’un processus de changement signifie un changement de référentiel : ce qui veut dire que celui ou celle qui vient de suivre un changement considère que le nouveau référentiel est le référentiel commun, le nouveau socle de référence. Revenons sur le passage à l’euro. Le processus de changement est-il terminé ? Partiellement. Pour celles et ceux nés après 1999, l’euro est le seul référentiel donc l’euro est le socle commun. Pour les autres, ceux qui ont connu le franc on peut encore parfois entendre « moi à partir d’une certaine somme, je convertis en franc ». Par opposition on voit moqués par le groupe ceux qui s’expriment encore en francs. Ainsi le changement est en cours mais pas encore achevé.

  • Prenons un second exemple, le tri des déchets dans les foyers. Eco-Emballages a 20 ans. Cet organisme a la charge d’organiser le recyclage de nos emballages ménagers (cartons, bouteilles en plastique, verre, canette …). Ils sont également responsables de campagnes d’information à destination du grand public pour nous inciter à trier dans des bacs différents nos emballages afin de faciliter par la suite leur valorisation. Eco-Emballages a conduit une récente étude pour mieux comprendre où en étaient les français avec le tri sélectif et les résultats obtenus sont riches d’enseignement. Il aura fallu 15 ans pour faire que trier ses déchets soit un geste naturel qui n’amène aucune question. Plus personne ne considère comme correct de ne pas trier ses déchets avant de les jeter.

Appliquée à l’entreprise une démarche de changement est compliquée car l’annonce du projet implique quasi systématiquement une forme de résistance au changement.

Un changement implique une réduction de la zone de confort des individus et une augmentation de la zone d’incertitude. C’est quand la zone d’incertitude est très élevée que la résistance au changement s’opère.

Notre démarche pour accompagner les projets de nos clients et réussir les changements attendus reposent sur une démarche pragmatique qui vise à réduire la zone d’incertitude des individus pour lesquels un changement est attendu.

Rencontrons-nous pour parler de votre projet.

Laisser un commentaire