Insidens publie aujourd’hui la 3ème édition du Baromètre des déchets de Mayotte©. Cette grande enquête annuelle permet de mettre en parallèle le ressenti des habitants et les actions menées par les professionnels du secteur. Ce travail d’analyse permet de mesurer l’évolution des perceptions dans le temps. Les habitants de Mayotte sont interrogés sur les mêmes thématiques chaque année, faisant du Baromètre le seul outil de suivi de la problématique des déchets sur le long terme.

Les résultats de cette troisième édition sont riches d’enseignements : les Mahorais témoignent d’une réelle adhésion aux processus mis en place (notamment le tri des déchets spécifiques) et se montrent, en conséquence, de plus en plus exigeants concernant les services rendus et la propreté générale des rues, des communes ou des espaces naturels.

Une reconnaissance des changements en cours et des actions menées par les professionnels…

La perception des changements en cours augmente sensiblement : 54 % des personnes interrogées en 2014 étaient d’accord avec l’idée que la gestion des déchets était en train de changer, ils sont 66 % en 2015.
Par ailleurs 36,7 % des sondés estiment que leurs déchets sont ramassés quand il faut, soit le meilleur taux de satisfaction mesuré à ce jour (31 % en 2013, 26 % en 2014).

Plus largement, cette hausse des opinions favorables est également imputable à la mobilisation des différentes municipalités sur le dossier. La propreté et la gestion des déchets ont notamment constitué l’un des sujets principaux de la campagne des dernières élections municipales en 2014. Des actions ont depuis été mises en place pour tenter de pallier les lacunes existantes.

Insidens,Baromètre,déchets,Mayotte

Insidens,Baromètre,déchets,Mayotte

… mais cette progression ne se traduit néanmoins pas encore par des opinions plus favorable sur la propreté de l’île

90 % des sondés jugent l’ensemble de l’île « sale », contre 74 % en 2014 et 55 % en 2013. Ce fort mécontentement est corrélé à un intérêt croissant pour la question : le pourcentage de sondés ne se prononçant pas sur le sujet est passé de 17 % en 2013 à 3 % en 2015.

Les deux phénomènes semblent directement liés : les habitants de Mayotte se prononcent davantage pour exprimer leur mécontentement. Par ailleurs, la gestion des déchets obtient une note moyenne de 2,5 :10, contre 3,02 en 2014 et 3,30 en 2013 (1 signifiant très mauvais et 10 très bon).0

Parmi les différents espaces publics (communes, rues, plages) sur lesquels les participants sont interrogés, les communes redeviennent les plus « mal notées » (comme en 2013), alors que les plages étaient les lieux jugés les plus sales en 2014. Si les communes sont jugées négativement, les Mahorais se montrent néanmoins plus nuancés envers le niveau de propreté de leur propre rue.

Insidens,Baromètre,déchets,Mayotte

Un réel intérêt pour les problématiques environnementales liées aux déchets, une forte adhésion aux nouveaux processus mis en place, et une réelle application des consignes de tri pour la plupart des déchets spécifiques

89 % des sondés sont « d’accord » avec l’affirmation suivante : « quand je jette mes déchets à la poubelle, je protège l’environnement ». De même, 88 % des sondés sont « d’accord » avec l’affirmation : « Réduire sa quantité de déchets est encore mieux que de recycler ou de jeter dans la poubelle ». Cette adhésion est majoritaire quel que soit l’âge, la catégorie socioprofessionnelle ou le sexe des personnes interrogées.
Par ailleurs, en 2014, 95 % des sondés approuvaient l’idée que le tri sélectif contribuait à la propreté de Mayotte. En 2015, 81,5 % des personnes interrogées partagent toujours cet avis, et 80 % sont également d’accord avec l’idée que le tri sélectif constitue un signe de progrès.

En matière de tri sélectif, parmi les sondés informés qu’une filière de tri spécifique existe, 76,8 % d’entre eux déclarent trier leurs piles, faisant des piles les déchets avec le plus haut taux de tri de Mayotte (sur un total de 12 tonnes de piles et accumulateurs jetés en moyenne par an). Plus largement, le taux déclaré de pratique du tri s’avère élevé pour tous les types de déchets pour lesquels une filière spécifique existe. Seuls les déchets de soins médicaux pâtissent d’un taux de tri inférieur à 50 %.

Insidens,Baromètre,déchets,Mayotte

En matière de tri des emballages ménagers, contrairement aux déchets spécifiques (graphique ci-dessus), les déclarations des sondés montrent que le geste de tri n’est majoritaire pour aucun déchet ménager courant (boîtes de conserve, bouteille et bocaux en verre, canettes, bouteilles en plastique), laissant augurer d’une importante marge de progression et de la nécessité de communiquer et de sensibiliser davantage. A titre indicatif, 46% des sondés déclarent jeter leurs boites de conserve à la poubelle, et 39% d’entre eux les trient dans les Tri-O. Pour ce type de déchet se pose également la question de l’impact environnemental du « rinçage », indispensable pour éviter odeurs et bêtes alors que l’eau est une matière première à préserver.

La mobilisation des acteurs des déchets à Mayotte ne doit pas faiblir pour répondre aux attentes des administrés

Si le contexte d’insatisfaction générale quant à la propreté du territoire évolue peu par rapport aux années précédentes, cette troisième édition du Baromètre des déchets de Mayotte© met néanmoins en lumière plusieurs changements profonds. Sensibilisés depuis plusieurs années, les usagers sont désormais devenus des acteurs à part entière de la gestion des déchets :
– Leurs attentes sont plus fortes
– Ils participent de plus en plus, et de mieux en mieux, aux processus mis en place

De leur côté, dans un contexte financier particulièrement contraint, les communes réclament elles aussi un meilleur service pour leurs administrés au regard des sommes qu’elles doivent y consacrer. Les éco-organismes, autres acteurs majeurs pour le tri et la valorisation des déchets, se déploient à Mayotte avec des moyens insuffisants par rapport aux besoins du territoire. Les usagers souhaitent trier davantage et adhèrent aux nouvelles filières déployées, sans pour autant trouver les équipements suffisants ou disposer de l’information nécessaire.

Insidens,Baromètre,déchets,Mayotte

Au global, les attentes des usagers semblent augmenter plus rapidement que la capacité des différents acteurs à mettre en place de nouveaux services, ou à améliorer les services existants. Malgré les efforts effectués, les politiques menées (moyens et/ou efficacité) ne semblent pas à la hauteur des besoins des habitants de Mayotte. Pour réduire cet écart, un important effort, matériel et humain, semble impératif de la part de l’ensemble de la filière (du déploiement de moyens supplémentaires à une meilleure sensibilisation).

Insidens,Baromètre,déchets,Mayotte

Envie d’en savoir plus sur les résultats de notre Baromètre ?

Retrouvez la synthèse du Baromètre des déchets© 2014 sur ce lien, et celle de l’édition 2013 en cliquant ici.

La presse en parle

Flash Infos
– France Mayotte Matin
Les Nouvelles de Mayotte
– Le Journal de Mayotte

– Kwezi TV : intervention en plateau d’Anne-Constance Onghéna pendant la matinale :

Journal de Mayotte 1ère radio :

Laisser un commentaire