A Mayotte, l’organisation de la gestion des déchets se met en place. A travers l’instauration de la collecteInsidens,formation professionnelle,économie circulaire,Mayotte sélective, l’ouverture du centre de stockage, le déploiement des normes européennes et le lancement du Plan de prévention et de gestion des déchets dangereux, les collectivités et les entreprises doivent disposer de salariés dont les compétences permettent de répondre aux nouvelles obligations.

Parallèlement, au niveau national, les législations successives imposent des objectifs croissants en matière de tri et de valorisation des déchets. Le récent projet de loi sur la transition énergétique, actuellement en discussion, poursuit ainsi les démarches initiées par différents textes depuis 1975, notamment par le Grenelle de l’environnement en 2009. La notion d’économie circulaire y est particulièrement mise en avant. L’objectif est d’accélérer le développement d’un « système de production et d’échanges prenant en compte, dès leur conception, la durabilité et le recyclage des produits ou de leurs composants de sorte qu’ils puissent être réutilisés ou redevenir des matières premières nouvelles ». Le législateur ambitionne donc de sortir du modèle d’une économie dite « linéaire » et du schéma classique de consommation occidentale : extraction des ressources, transformation-production, consommation, déchet.

Pour les professionnels des déchets mahorais ou métropolitains, ces évolutions impliquent que leurs collaborateurs soient en mesure d’appréhender et de comprendre l’ensemble du cycle de vie d’un produit, de sa conception à son recyclage ou à sa valorisation (matières premières, secondaires, énergie…). Quel que soit leur niveau de responsabilité ou leur rang hiérarchique, les salariés du secteur de la gestion des déchets doivent donc désormais disposer des connaissances et des compétences techniques nécessaires pour suivre ces évolutions. Leur métier change et leur champ de compétences attendu s’élargit. Pour les agents de tri, d’entretien, ou les éboueurs, en contact avec les déchets au quotidien, il ne s’agit plus simplement de trier et/ou de jeter, mais d’envisager leur vie précédente et leur vie suivante.
Au global, les évolutions du secteur peuvent donc se résumer selon le schéma suivant :

Insidens,formation professionnelle,économie circulaire,Mayotte

Par ailleurs, malgré les évolutions en cours, le territoire de Mayotte n’offre pour l’instant qu’un nombre restreint d’opportunités aux jeunes souhaitant travailler dans l’environnement. Le parcours que nous proposons permettra aux participants de se former et de trouver du travail en métropole, où les débouchés professionnels sont plus nombreux et plus variés. Dans ce contexte, Insidens a décidé de lancer une nouvelle formation destinée aux futurs professionnels de l’économie circulaire. Ce parcours s’inscrit dans le cadre d’un contrat de professionnalisation que les stagiaires signeront avec une entreprise du secteur des déchets ou de l’environnement.

Une formation proposée dans un cadre précis et balisé

Les contrats de professionnalisation s’adressent aux jeunes âgés de 16 à 25 ans ou aux demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus. Son objectif est de leur permettre d’acquérir une qualification professionnelle ou de compléter leur formation initiale en vue d’accéder à un poste spécifique dans une entreprise.

Cette formation vise à proposer aux participants des enseignements généraux, professionnels et technologiques leur permettant de compléter, préciser ou expliciter les différentes compétences et connaissances dont ils ont besoin sur leur poste.
L’offre de formation d’Agent d’économie circulaire proposée par Insidens s’inscrit dans un contexte clairement défini. Les stagiaires connaîtront l’ensemble des droits et des obligations associés à leur contrat dès l’élaboration de leur projet. Ils seront encadrés tout au long de leur parcours notamment à travers des points réguliers sur leur progression et une vérification de la bonne acquisition des connaissances transmises :
– tests écrits
– mises en situation
– mises en pratique des savoirs théoriques lors des périodes en entreprise

A qui s’adresse ce parcours ?

Cette offre de formation cible des Mahorais souhaitant se professionnaliser sans prérequis de diplôme ouInsidens,formation professionnelle,économie circulaire,Mayotte d’expérience dans le domaine des déchets. Néanmoins, compte tenu de la technicité des enseignements proposés, un niveau scolaire minimum s’avère indispensable pour suivre le parcours : des bases en mathématiques et en français (capacité de compréhension d’un texte écrit, et de rédaction) sont nécessaires. Ce type de formation vise habituellement des salariés disposant d’un niveau CAP/BEP.

Les participants auront vocation à occuper des postes d’agent de collecte, de tri, ou d’agent de quai dans des structures de type centre de tri, ou au sein de l’équipe technique d’une collectivité territoriale. Les stagiaires ayant effectué la formation d’Agent technique de déchetterie disposent donc d’un profil intéressant. Ils sont légitimes à postuler pour ce parcours, qui viendra compléter et préciser les enseignements qu’ils ont déjà suivis. Ils seront sélectionnés en priorité. Néanmoins, la formation reste ouverte à tout autre participant motivé et s’engageant à honorer les obligations liées à son contrat.

Un parcours répondant aux nouvelles modalités de la formation professionnelle

Vers une logique de certification

La réforme de la formation professionnelle lancée en février 2014 met l’accent sur la qualification et la certification. Les salariés, tout comme les organismes de formation, sont donc encouragés à s’inscrire/à proposer des parcours à visée certifiante.
La certification de compétences s’entend dans un double sens :
– soit la certification de qualification (titres, diplômes, certifications professionnelles inscrites au Répertoire National des Certifications Professionnelles/RNCP),
– soit une certification des compétences transverses qui seront recensées dans le futur inventaire de la Commission Nationale de la Certification Professionnelle (CNCP).
En outre, les stagiaires pourront acquérir des blocs de compétences à visée qualifiante au fur et à mesure d’un parcours. A ce stade, ces blocs de compétences ne sont pas encore clairement définis ni délimité par les pouvoirs publics (notamment la question du nombre d’heures nécessaires).

Une formation composée de plusieurs blocs de compétences

Dans ce contexte mouvant, le parcours Agent d’économie circulaire proposé par Insidens prend en compte cette évolution vers une logique de certification. Trois des cinq modules décrits dans la partie suivante (modules 2, 3 et 4) peuvent constituer des blocs de compétences à part entière. Par exemple, le module n°2 sur les différents types de déchets offre des enseignements utiles et repris dans d’autres formations professionnelles: CAP/BEP, formation d’agent d’entretien, de déchetterie ou encore d’éboueur.
Au cours de leur vie professionnelle et selon leurs souhaits d’évolution, les stagiaires pourront donc se prévaloir d’un bloc de connaissances transverses applicable à plusieurs domaines.

L’économie circulaire : un champ professionnel à investir

Comprendre et maîtriser les principes fondamentaux de la valorisation des déchets

Notre projet pédagogique vise à permettre aux stagiaires d’intégrer l’ensemble des concepts et des techniques professionnelles qu’ils seront amenés à utiliser dans le cadre de leur contrat de professionnalisation et de leur emploi futur. Nos formateurs consacreront le temps nécessaire à l’acquisition d’un socle de connaissances de base sur la gestion des déchets, de la définition de la notion d’économie circulaire à son application au quotidien dans leurs postes.

Le programme pédagogique se divise ainsi en cinq modules : quatre modules techniques et un module de remise à niveau scolaire et professionnel (rappels des bases en mathématiques et en français, rappel des règles de vie en entreprise).

Insidens,formation professionnelle,économie circulaire,déchets

Laisser un commentaire