A quand de vrais changements à Mayotte en matière de transports et de déplacement ?

Vous n’avez pas pu y échapper… En décembre, à Paris, la France accueillera la COP21 : un événement planétaire sur les problématiques d’environnement et de développement durable. Plusieurs sujets clefs seront au menu des chefs d’Etat et des différentes délégations, mais toutes les attentions se porteront sur une question cruciale : le changement climatique. Et en la matière, les petits territoires insulaires, partout dans le monde, sont plus particulièrement concernés (érosion, montée des eaux, tempêtes de plus en plus violentes…). Face à cette actualité, à Mayotte, les professionnels de l’environnement comme les particuliers sont bien conscients des importants défis que doit relever notre île… alors rêvons un peu !

Les déplacements : une problématique aussi importante pour l’environnement que pour la qualité de vie

Plus d’1 heure chaque matin pour relier Dembéni à Kawéni… soit 11 kilomètres ! Quel habitant de Mayotte n’a pas, un jour ou l’autre, vécu cette situation pénible ? Le temps nécessaire aux déplacements, et plus largement la question des transports est un sujet essentiel pour le développement de Mayotte. En la matière, les problèmes apparaissent de manière bien plus évidente que les solutions… Voici quelques pistes auxquelles nous croyons chez Insidens !

La mutualisation effective des moyens de transport pour les salariés travaillant dans une même zone géographique

Plusieurs acteurs importants se sont déjà lancés en établissant leur plan de déplacement. Parmi les mesures recommandées, la création d’un service de covoiturage avec les entreprises ou les administrations installées à proximité. Cette mesure est plus particulièrement pertinente dans certains quartiers à forte densité d’entreprises, comme par exemple la zone NEL. Surtout : elle ne coûte quasiment rien ! L’investissement se limite à un peu de temps, et une plateforme internet ou téléphonique pour que les salariés puissent se rencontrer. Et une telle plateforme existe déjà sur l’île (mise en place par l’ADEME : www.covoiturage-mayotte.fr)

Un réseau de tramway… sans rail ni caténaire !

Des prototypes de tramways fonctionnant sans site propre (ni rail ni caténaire à construire, pas d’occupation supplémentaire du réseau routier) sont aujourd’hui déjà disponibles en test sur le marché ! Le principe : un bus électrique avec une autonomie limitée (environ 2 kilomètres) se déplace de station en station. A chaque station, il se recharge en 30 secondes et récupère assez d’électricité pour rouler jusqu’à la station suivante. Une solution idéale pour Mayotte, où la taille limitée du réseau routier ne permet pas de construire des voies en site propre. Deux freins à ce stade : les investissements nécessaires (qui sont cependant bien moindre que la construction d’une véritable ligne de tramway) et l’alimentation en électricité (vive les panneaux solaires sur chaque station de bus pour ne pas produire plus d’électricité en brulant du pétrole !).

Des lignes de… télécabines !

Non ce n’est pas un délire fou ! Des grandes villes, comme Medellin en Colombie, ont développé un réseau de transport en commun à travers plusieurs lignes de téléphériques. Une solution très intéressante pour note île : peu d’occupation des sols (uniquement les pylônes et les stations), pas de rejet de CO2 (fonctionnement électrique), et un transport qui peut grimper partout, même dans les villages à flanc de colline. Là encore, l’investissement de départ est important… Fonds européens, fonds spécifiques, annonces de budgets lors de la COP21… des possibilités de financement existent certainement.

Un réseau de vélos électriques en libre-service

Redescendons un peu sur terre avec une solution moins ambitieuse, mais qui a fait ses preuves dans de nombreuses villes de France et d’ailleurs : les vélos en location de courte durée. Et de préférence électriques, pour nous aider à grimper les côtes ! Pour les petits trajets du quotidien (par exemple faire ses courses à midi avant de revenir au bureau), rien de mieux. Zéro pollution, aucune nuisance sonore, une assistance électrique pour les moins sportifs d’entre nous… Une solution simple pour éviter d’avoir à prendre la voiture ou le scooter pour des trajets de moins de 15 minutes.
D’autres solutions existent, tout à fait envisageables et finançables. Mobilisons-nous, c’est le moment d’agir pour Mayotte !

Laisser un commentaire